Nous joindre

OPINION

À LA RECHERCHE DE NOUVEAUX MAJEURS…

Publié

le

La jeunesse est révolutionnaire. Cette assertion peut paraître redondante. Mais il faut quand même le rappeler. Les jeunes aspirent à des lendemains qui chantent. Idéalistes à mort, cette étape de la vie, qu’est la jeunesse, est l’époque où le statut quo ne constitue pas une option. Changer pour évoluer, changer pour changer. 
Les jeunes veulent refaire le monde. Ces derniers sont hyper critiques de l’ordre actuel du monde. Bouillants de dynamisme, l’aventure semble être le seul remède qui puisse les apaiser. Pour eux tout est simple dans ce monde. Rendre compte de la complexité du monde, c’est être suspect. Selon eux, ceux qui voient la complexité dans ce monde sont ceux qui entretiennent la misère, la négativité.
Partout dans le monde, les jeunes dominent la culture. Leur code, leur mode de vie se sont imposés à la planète entière. L’Afrique où les jeunes sont les plus nombreux n’échappe pas à la dictature des jeunes. La société de consommation a choisi ses acteurs principaux. Dans la mode, le cinéma, l’éducation, la télé, la radio, le sport, la musique, les réseaux sociaux. Qui tient l’attention des jeunes, c’est-à-dire arrive à satisfaire leur attente, s’assure d’avoir de l’audience.
C’est la société marchande qui est allée les chercher de là où ils étaient. Et aujourd’hui, c’est eux qui la dominent en orientant ces priorités. C’est un fait aujourd’hui. La société politique, en manque d’électeurs, de plus en plus en retrait, lorgne sur le vivier électoral que représente les jeunes. Les jeunes sont vivement incités à se faire enrôler afin de participer aux élections. Il s’agit de transformer ces jeunes consommateurs en jeunes citoyens : le baiser mortel. Et quel projet !
Lorsque les jeunes africains (ivoiriens particulièrement) auront une conscience politique, ils dégageront ceux qui sont allés les chercher. L’histoire foisonne d’exemples. Pas besoin de chercher loin dans le temps et dans l’espace. En Côte d’Ivoire, le coup d’État de 1999 est l’oeuvre de jeunes militaires (officiers et sous officiers) qui durant leur mission en Centrafrique, ont reçu une formation citoyenne ; et à leur retour au pays ont fait chuter un régime.
Coulibaly AmadouAnalyste politique.

Continuez de lire
Publicite
CLIQUER POUR COMMENTER

Laissez une reponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *